Utilisation du compost

Victoire ! Votre compost est mûr !

Après plusieurs mois de soins attentifs, vous allez enfin pouvoir récolter votre compost et remplir votre brouette de ce bel amendement brun, friable et sentant bon les sous-bois au petit matin. Un grand plaisir de jardinier !

Le compost mûr à la loupe :


• il a l’aspect du terreau et s’émiette sans difficulté
• il est d’une belle couleur foncée, noire ou brune
• il sent l’humus forestier
• il ne contient plus de déchets visibles.

Le petit truc en plus :

Regardez si des vers de terre sont présents dans la partie inférieure de votre compost. S’il n’y en a pas, c’est que votre compost est mûr. En effet, les vers sont montés dans les couches supérieures du compost qui ne sont pas encore ou pas suffisamment dégradées pour trouver leur nourriture.


Comment récupérer votre compost ?

2 solutions :

1ère solution : Ouvrez la partie basse du composteur et récupérez le compost à la base.

Cette technique est plus rapide mais la totalité du compost mûr ne peut être récupéré.

2ème solution : Ouvrez entièrement le composteur, retirez la matière qui ne s’est pas transformée en compost sur une bâche et récupérez le compost mûr dans une brouette.

Cette technique vous permet de retourner les matières non encore dégradées en profondeur.

L’or du jardin et des balcons

Le compost que vous avez récupéré est un trésor pour les végétaux de votre jardin ou de votre balcon. Quelques conseils pour une utilisation optimale de cet engrais maison.

Déposez le compost mûr à la surface du sol et grattez-le à l’aide d’une griffe. Votre terre va devenir plus légère, plus poreuse et elle conservera plus longtemps l’humidité. Elle sera aussi plus fertile et donnera des fleurs, des légumes, des arbustes en pleine forme et en bonne santé.

Le saviez-vous ?

Vous pouvez aussi utiliser le compost “jeune” en paillis pour maintenir l’humidité de la terre et limiter son érosion tout en ralentissant la pousse des mauvaises herbes.

à téléchargez : calendrier des plantations et des récoltes

Au potager : Utilisez le compost au printemps pour booster vos légumes !

Les légumes gourmands (1 seau de 10 litres par m2) : pomme de terre, tomate, potiron, aubergine, concombre, cornichon, courge, courgette, melon, piment, poivron, artichaut, blette, poireau, épinard, céleri, chou.

Les légumes “raisonnables” (1/2 seau de 10 litres par m2) : carotte, laitue, panais, haricot, pois, radis

Les légumes “allergiques” au compost : ail, oignon, échalote, fève, mâche, topinambour, navet

Au verger :

Arbres fruitiers : Pour la plantation : 1/3 de compost pour 2/3 de terreau et pour l'entretien 1 seau de 10 litres à l’aplomb de la couronne en hiver.

Arbustes “fruits rouges” (Fraisiers, framboisiers, cassissiers, etc...) : 1 seau de 10 litres par m2 au pied, en automne puis paillez par-dessus. 

Au jardin (Plantes d’ornement) :

Plates-bandes fleuries : 1/2 seau de 10 litres par m2 tous les 2 ans entre les plantes

Rosiers : 1/2 seau par pied de compost mûr au printemps ou 1/2 seau par pied de compost jeune à l’automne

Vivaces : 1/4 de seau de 10 litres par m2 tous les 2 an

Jardinières : Mélanger 1/2 de compost avec 1/2 de terre du pot